Une blessure, un moment de cohésion (partie 3)

Nouvelle réflexion 
De nombreuses personnes sont à juste titre interrogatives par rapport au contexte idéal de soins pour leur chien.

Bon nombre d’entre elles souhaitent rendre la visite chez le vétérinaire agréable, les séances de soins ludiques, etc.
Sauf qu’un chien ne trouvera jamais agréable d’avoir un thermomètre dans l’anus, tout comme il ne trouvera jamais amusant de se voir enfoncer une seringue dans les blessures ouvertes afin de les désinfecter … 
Pourquoi à tout prix vouloir leurrer le chien au détriment de l’authenticité ?

Je suis intimement convaincue qu’une présence (authentique) est bien plus significative que 1000 friandises, aussi sciemment puissent-elles être choisies et données.
Tandis que Zenci était sur la table d’examen du vétérinaire avec des blessures profondes et des cellules nécrosées, aucun lapin du terroir n’aurait rendu l’intervention agréable ou aurait atténué la douleur et l’inconfort. En revanche, son choix de définir la proximité des membres de son groupe lui a permis d’exprimer le type de soutien et de réconfort dont elle avait besoin. A-t-elle pour cela trouvé l’intervention agréable ? Bien sûr que non. Mais elle a pu compter sur une présence simple et authentique des individus qui sont importants pour elle, et était plus rassurée quant aux manipulations subies.

Si je réfléchis bien, il n’y a rien d’étonnant là-dedans. J’ai une peur bleue de l’examen de mesure de la tension oculaire. Ni les meilleures pâtes ni le meilleur vin au monde ne seraient en mesure de modifier ma perception de cet examen. Et mon sentiment de solitude dans cette situation resterait identique, peu importe si la personne qui me l’offre est étrangère ou intime.
Si en revanche mes chiens ou ma compagne m’offraient leur présence à ce moment-là, je ne trouverais pas la situation plus agréable pour autant, mais je me sentirais écoutée, soutenue, réconfortée. Et je verrais cette expérience comme quelque chose vécu simplement mais intensément, ensemble.

Au quotidien, nous vivons de nombreuses choses. Lorsque nous le pouvons, nous créons évidemment des conditions agréables et sereines dans lesquelles nous pouvons nous épanouir. A d’autres moments, nous devons vivre des choses qui ne nous sont pas forcément agréables, mais qui font partie de la vie.
Je crois que le fait de vouloir absolument tout rendre agréable nous éloigne de la réalité et nous pousse à avoir recours à des « consolations » extérieures, alors que chaque individu évoluant de façon épanouie au sein d’un groupe soudé possède en lui toute l’authenticité suffisante pour apporter le soutien et le réconfort nécessaires à la traversée consciente d’une épreuve, aussi légère ou douloureuse soit-elle …

(Re)partons à la découverte de cette authenticité, pour nous-mêmes, pour nos animaux, pour nos proches, et à plus grande échelle pour tous les autres …

Publicités
Cet article, publié dans Articles, Mon chien + moi = 1, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s