Tout commence par l’écoute

Beaucoup de personnes se posent la question de savoir comment reconnaître quand leur chien est stressé, triste, comment comprendre ce qu’il veut, ce dont il a besoin à un moment donné, pourquoi il réagit d’une certaine manière dans certaines situations, …

Toute forme de communication, qu’elle soit avec l’humain ou avec le chien, commence par l’écoute.

Ecouter est complètement différent du simple fait d’entendre des mots ou de voir des gestes et d’en faire sa propre interprétation. Ecouter implique que l’on se détache et que l’on prenne de la distance par rapport à nos propres pensées et à notre propre vision de la réalité, que l’on fasse abstraction de nos a priori et de nos préjugés pour s’ouvrir véritablement à l’autre et pour essayer de l’observer et d’observer le monde qui nous entoure avec ses yeux à lui. Ceci vaut aussi bien pour les humains que pour les chiens.

Changer de perspective, commencer à voir le monde avec les yeux de l’autre n’est cependant pas toujours chose facile. Cela implique que l’on n’ait aucun préjugé lorsque l’on observe la situation (ex. de préjugés : le chien est dominant, têtu, le propriétaire est incompétent, ignorant, etc.) et que l’on ne considère pas le comportement comme un « problème » à régler ou à fixer de manière urgente. Le fait de juger une personne ou un chien et de vouloir à tout prix en changer les comportements sur le champ supprime toute possibilité d’écoute et d’acceptation de cette personne ou de ce chien comme individus à part entière.

Prenons l’exemple d’un propriétaire de chien réactif ou agressif. C’est le premier exemple qui me vient en tête de par leur grand nombre parmi mes clients en ce moment. Combien de fois n’entendons-nous pas d’autres personnes juger le propriétaire de personne incompétente ou l’accuser d’avoir forcément dû faire des erreurs pour en arriver là ? Ou encore juger le chien et l’exclure plutôt que de voir un chien qui appelle à l’aide ?

Souvent, les personnes qui émettent un jugement de la sorte ne se rendent pas compte qu’elles contribuent véritablement à l’isolement de la personne et de son chien, en accentuant ainsi encore davantage le sentiment de culpabilité, le sentiment d’insécurité et le manque de confiance en soi, ce qui supprime toute possibilité pour cette personne d’écouter authentiquement son chien et d’entreprendre un parcours d’évolution bénéfique à eux deux.

Lorsque je rencontre un chien réactif/agressif et son propriétaire, mon choix conscient sera TOUJOURS d’écouter la personne et son chien, de les observer et de les accueillir sans aucun jugement, de découvrir leurs besoins/demandes, d’essayer de comprendre leurs difficultés, leurs sources de préoccupation, de leur consacrer mon temps et mon attention et d’essayer de les rassurer.

Le fait de ne plus avoir à supporter le regard accusateur des autres, le sentiment de ne pas devoir répondre à des règles de perfection « imposées » par la société, et le fait d’ôter ce poids, cette responsabilité de ses épaules donne une plus grande liberté à cette personne de voir la situation sous un autre angle, de s’ouvrir à de nouvelles perspectives et de se concentrer sur l’évolution et le progrès plutôt que sur le problème en soi. Pour le chien, le fait d’être accepté, compris et rassuré lui permet d’apprendre dans un climat de sérénité.

Cette approche différente favorise la compréhension et la collaboration entre la personne et son chien, ce qui crée un espace où ils peuvent enfin, à leur rythme, découvrir, explorer et approfondir un monde fait de communication, sécurité et confiance.

Je remercie de tout cœur les chiens et propriétaires qui croisent mon chemin et me permettent chaque jour d’évoluer et de contribuer à un peu plus de bien-être autour de moi 🙂

Publicités
Cet article, publié dans Articles, Meditation, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Tout commence par l’écoute

  1. Marion dit :

    Qu’est-ce que ça fait du bien de lire des articles comme ça !
    Je me suis investie à 1000% dans l’éducation et la sociabilisation de ma chienne dès son arrivée chiot et pourtant elle est réactive aux congénère depuis chiot…
    Malgré les grands progrès accomplis sur ce point, le regard désapprobateur et méprisant des personnes ou propriétaires de chien autour alors qu’on garantit la sécurité des autres chiens (laisse, distance suffisante etc…) est un véritable crève-cœur. Surtout quand on sait que la majorité des personnes nous jugeant à la hâte n’ont pas fait le 1/4 (pour certains le 10ème…) des efforts que j’ai fait pour éduquer et sociabiliser leur propre chien.
    J’ai une autre chienne absolument pas réactive et « facile » dans le contexte parc avec gens / enfants / vélo / congénères. Les mêmes personnes sont capables de s’extasier lorsqu’ils me voient promener ma chienne « facile » et de me fusiller du regard (ou pire…) lorsque je promène celle qui est réactive.

    • Nous vivons malheureusement dans un monde où tout doit être parfait et lisse. Que ce soit pour le comportement des animaux ou des enfants. Les personnes qui « jugent » sont souvent incapable de faire le moindre travail avec leur animal. Mais à l’époque actuelle, on se rend compte au travers d’émissions de télé ou de radio, qu’il y a plus de gens pour critiquer que de gens pour agir. Alors bravo pour ce que vous avez réussi à obtenir avec votre chienne, c’est du bon boulot!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s