Les rencontres aléatoires

Dans les expériences affiliatives, je tente toujours de permettre aux chiens de vivre une grande variété d’expériences qui leur permettent de développer au fil du chemin des compétences diverses les rendant à terme capables de gérer au mieux les situations aléatoires de la vie quotidienne, conformément à leur nature et tempérament, tout en respectant les règles sociales, et accompagnés de leur humain responsable et conscient.

Pendant la rencontre entre Joy, Leo et Tao, nous avons eu l’occasion de mettre en pratique les choses construites au fil des rencontres : lien, concertation, observation des dynamiques, respect des rôles, confiance, maîtrise des mouvements, des positions, de la mâchoire, gestion de l’intensité des rencontres, etc.

A un moment donné, nous voyons arriver vers nous 2 chiens, mâles entiers, qui viennent au contact afin de mesurer et d’évaluer les ressources des individus composant notre groupe.
De par la grande cohésion au sein de notre groupe, tout s’est fait naturellement : Joy s’est mise en retrait, et Leo et Tao se sont alliés dans leur réponse aux chiens.
Ça a beaucoup tournicoté, grogné, dans le respect, comme une communication des plus normales entre mâles qui se rencontrent de façon aléatoire.
La discussion était sur le point de se terminer et chacun allait pouvoir reprendre son chemin chacun de son côté, quand les humains, entendant les grognements, se sont approchés.
L’un des 2 mâles a alors immédiatement augmenté son intensité, qui jusque là était tout à fait adéquate pour tout le monde, ce qui a poussé Leo et Tao a répondre forcément aussi avec une intensité plus importante.

Au final, même avec cette plus grande intensité, tout s’est super bien passé et les 4 chiens étaient tout à fait sereins à 2-3 mètres l’un de l’autre pendant les 30 sec. où nous avons échangé quelques mots avec les autres humains.

En réalité, ces 4 chiens n’avaient absolument aucun problème les uns avec les autres. Ils ont juste exprimé une magnifique communication ritualisée entre mâles lors de leur rencontre aléatoire.
Ces humains-là étaient tout à fait ouverts, et n’étaient juste pas conscients qu’une approche de leur part influençait l’intensité de la communication de leur chien.

Mais le sujet que je souhaite aborder ici, est que la plupart des humains interviennent de façon totalement inconsciente (par la voix, les mouvements, les trajectoires, mais aussi par la respiration, les émotions transmettant des odeurs perceptibles à la seconde par les chiens, etc.), créant ainsi eux-mêmes les débordements dans les rencontres.
Heureusement, dans ce cas-ci, nous avions Leo et Tao, 2 chiens qui par leurs compétences acquises, leur équilibre émotionnel et la qualité de leur énergie vitale, sont absolument capables de gérer les changements d’intensité chez les autres chiens, et Joy qui respecte leurs rôles et les laisse gérer la situation.

Ceci rappelle à quel point il est important que le chien puisse exprimer qui il est en tant que chien et en tant qu’individu, et qu’il ait l’occasion de vivre des situations diversifiées (tant faciles que difficiles) au sein de groupes stables. Ces expériences représentent une pratique continue dans la réalisation de soi, et dans l’utilisation adéquate des propres ressources.
Cela permet d’une part de créer une sécurité pour soi et pour le groupe, mais aussi pour les autres que l’on rencontre (après il reste le travail des humains  ).
En effet, un chien qui a appris à exprimer qui il est tout en maîtrisant ses mouvements, ses trajectoires, mais aussi l’utilisation de sa mâchoire, peut apporter calme ou apaisement, mais aussi menace ritualisée si nécessaire. Sans blesser qui que ce soit.
Peu importe la façon dont nous, humains, le ressentons et le jugeons à cause de nos peurs, préjugés, filtres, expériences, et que sais-je, le chien est un chien et fera tout ce qui est en ses moyens pour l’exprimer.

La voie du milieu est toujours de laisser chacun exprimer sa vraie nature. Seulement en faisant cela, on peut éviter l’apparition de ce que l’on qualifie de problèmes de comportement, ou à l’opposé, de chiens résignés …

Publicités
Publié dans Articles, Mon chien + moi = 1 | Tagué , | Laisser un commentaire

Mon chien saute sur moi, mord sa laisse, …

Je ne crois plus à la banalisation de « décharger » ou « d’évacuer » quelque chose par des comportements comme se mettre à courir, sauter, mordre sa laisse, etc.
En plus de l’évacuation d’une émotion, les comportements comprennent toujours un message plus important, différent en fonction du contexte, mais important. Le chien nous dit quelque chose, et en tant que personne vivant au quotidien avec notre chien, nous ne pouvons certes pas tout comprendre, mais nous pouvons (devons) nous efforcer d’essayer de comprendre son langage, d’être à l’écoute de ce qu’il exprime et qui vit en lui.

En promenade hier avec Tao, nous avons rencontré, encore à une distance de +/- 30 m, un autre chien qui se promenait en liberté avec sa compagne de vie humaine. Tao (encore en liberté lui aussi) s’est arrêté et l’a observé, détendu et alternant nez par terre et regards. L’autre chien était encore calme lui aussi.
Quand l’humaine a continué à avancer vers nous au même rythme que celui auquel elle marchait avant de nous voir, son chien s’est mis à sauter sur elle. Elle a commencé à s’énerver sur son chien, mais continuait toujours à avancer vers nous, en ligne droite et d’un pas décidé. A ce moment, Tao est revenu tout près de moi et je lui ai demandé s’il souhaitait être remis en laisse.
Voyant que je remettais Tao en laisse, la dame a également rattaché son chien, tout en continuant à avancer vers nous ! Le chien s’est alors mis à mordre sa laisse.
Tao m’a emmenée, quant à lui, dans le champ pour prendre une grande courbe afin de ne pas rencontrer le chien de façon directe.

Au moment où on s’est croisés, avec une certaine distance donc, la dame m’a demandé si j’avais rattaché mon chien parce qu’il était méchant 🤣 (je ne savais pas si rire ou pleurer face à cette question), ajoutant encore que son chien « ne faisait rien ».

La seule réponse qui est venue en moi était que justement si, son chien avait tout fait …

Publié dans Articles, Mon chien + moi = 1 | Tagué | 2 commentaires

L’énergie, une force essentielle

L’énergie est un élément essentiel dans la vie d’un chien. Le fait de pouvoir l’utiliser adéquatement et aux moments opportuns aussi 

En présence d’un danger potentiel, le fait d’exhiber cette énergie, accompagnée d’un festival de complicité et de puissance, peut se révéler être une stratégie communicative extrêmement efficace (« réfléchis à 2 fois avant de t’approcher, car observe comme on est unis et forts »).
Cela peut donc être une stratégie d’anticipation et de dissuasion très utile afin d’éviter un potentiel conflit.

Intéressant donc de nous poser les bonnes questions lorsque nous souhaitons apprendre mécaniquement des exercices d’autocontrôle à notre chien, car notre œil humain ne pourra jamais atteindre le niveau d’expertise que l’organe voméronasal du chien est capable de rencontrer.

Faites donc confiance à votre chien, et créez chaque jour de façon consciente des situations où il est en mesure de faire des expériences évolutives en fonction de son niveau de compétences actuel.

Publié dans Articles, Mon chien + moi = 1 | Tagué , , | Laisser un commentaire

Concertation entre Leo et Tao pour aider Joy à acquérir plus d’assurance

Avant le début de la vidéo, Tao avait choisi de prendre un bâton et il était en train de le mastiquer. Il faut savoir que le fait de mâcher un objet au sein d’un groupe a une grande valeur communicative car la salive contient de nombreuses informations.

Eldrid et Joy avaient été chacune à leur tour montrer leurs compétences sociales auprès de Tao afin de lui demander l’accès au bâton. Tout ceci s’est passé avant le début de la vidéo.

Au début de la vidéo, Tao (berger australien) indique à Eldrid (berger suisse) qu’il ne souhaite pas lui laisser le bâton, et d’un regard il indique à Joy (border collie) que c’est pour elle.
Lorsque Joy tente une approche, Eldrid vient la bloquer. Quand celle-ci s’éloigne, Tao l’accompagne, laissant le champ libre à Joy pour accéder au bâton.
Mais c’est Leo (berger suisse, harnais jaune) qui en profite pour rejoindre le bâton. Il regarde Tao interrogatif. Ce dernier s’avance vers lui pour lui communiquer qu’il ne souhaite pas qu’il touche le bâton. Il refait un petit pas vers Leo pour lui demander ensuite de se déplacer. Le mouvement lui indique de se déplacer, mais pas trop. C’est à ce moment précis que Tao détecte une ouverture à une collaboration intéressante avec Leo. En effet, aider Joy à acquérir plus d’assurance vis-à-vis d’Eldrid et de manière générale, représente un élément important de la vie de groupe.
Les mouvements subtils de Tao révèlent l’importance de sa demande de collaboration. Tao sait qu’il sera plus facile d’aider Joy s’ils sont 2 à intervenir dans l’interaction entre Joy et Eldrid. Et d’un point de vue relationnel global, cette tâche importante constitue un nouvel élément de concertation dans la relation entre Tao et Leo, ce qui est important pour les 2 dans les rencontres futures. Leo accepte donc cette invitation.

A ce moment, Eldrid décide de venir rechercher elle aussi une collaboration avec Leo en vue d’arriver à la possession du bâton.
Mais du point de vue relationnel général et sur le long terme, la concertation avec Tao est plus importante pour Leo, et la création de situations qui favorisent l’approfondissement des compétences est l’une des principales motivations de Leo. Si l’on observe leurs regards échangés à ce moment-là, on constate que Leo et Tao démarrent leur action de concertation.
Lorsqu’Eldrid retourne au bâton, Leo l’en éloigne.
Joy retente une approche, mais Eldrid la bloque immédiatement par sa trajectoire. Lorsqu’Eldrid reprend le bâton, Leo l’en éloigne une nouvelle fois et va marquer plus loin. Quand Eldrid revient à la charge auprès de Leo, ce dernier lui recommunique qu’il n’a pas l’intention de collaborer avec elle dans ce contexte-ci.
Tao vient aider Leo et confirmer sa communication en venant bloquer Eldrid.

Publié dans Articles | Tagué , , | Laisser un commentaire

Grandir ensemble tout au long de la vie commune

Mes chiens bénéficient d’un maximum de liberté durant nos promenades et expériences quotidiennes car ils ont construit au fil de notre évolution et de nos expériences communes des compétences qui leur permettent de gérer de nombreuses responsabilités en autonomie.

Mais parfois, je leur propose une promenade et des expériences en laisse, car vivant dans la société actuelle, il y a inévitablement des moments et des endroits où la liberté des chiens, même responsables, n’est pas encore acceptée. Et je ne souhaite pas mettre mes chiens dans des situations d’inconfort qu’ils n’auraient pas les compétences pour gérer. Je souhaite donc que le peu de promenades en laisse qu’ils font leur soient agréables et source d’évolution. 


Nous créons donc de temps à autre des expériences en laisse, durant lesquelles on alterne les moments où je les suis (je vous recommande vivement de suivre vos chiens en laisse dans les sous-bois, c’est une expérience intense qui a tout le mérite d’être vécue  ) et les moments où l’on se promène lentement sur les sentiers, dans les rues, etc.
Au fil de ces promenades, nous entrons toujours dans l’espace de concertation et de confiance, comme c’est le cas lorsque nous devons par exemple franchir des parties boueuses et glissantes et l’équilibre de mon corps est entièrement entre leurs pattes 
En milieu urbain, c’est plutôt à moi de faire attention à respecter leur rythme, les distances et les moments de pause qu’ils me proposent, les rencontres qu’ils souhaitent faire ou non …

Vivre pleinement la relation avec notre chien ne se limite pas à faire et à répéter mécaniquement les choses que l’on sait déjà faire. C’est vivre des expériences ensemble, de façon progressive et en respectant les capacités de chacun, mais en créant toujours de nouvelles opportunités d’écoute et de concertation.

Publié dans Articles, Mon chien + moi = 1 | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Le risque zéro n’existe pas, mais …

Le risque zéro n’existe pas et n’existera jamais. Mais les imprévus font et feront toujours partie du quotidien, et un chien à qui l’on permet d’observer, de penser, de réfléchir, d’évaluer et de prendre des décisions de façon progressive au quotidien, a plus de chance de faire face aux situations rencontrées de façon adéquate.

Il y a quelques semaines, lorsque je rentrais chez moi, Zenci et Tao m’ont demandé de sortir dans le jardin. Je leur ai donc ouvert la porte-fenêtre, et pendant qu’ils étaient dans le jardin, je suis ressortie par devant pour aller chercher des choses dans la voiture. Une fois là, une voisine m’a demandé quelque chose, mais elle était loin et je ne l’entendais pas ; je suis donc allée plus loin dans la rue pour me rapprocher d’elle. On a discuté quelques minutes, après quoi j’ai repris le chemin pour rentrer à la maison, mais elle m’a encore demandé quelque chose, ce à quoi j’ai répondu en élevant le ton de ma voix car j’étais déjà plus loin, dans le tournant, et elle n’aurait sinon pas pu m’entendre. Je venais de terminer ma phrase et je m’étais retournée pour rentrer, quand je vis Zenci et Tao dans la rue, se dirigeant vers moi, et de l’autre côté du tournant une voiture …

La porte du jardin donnant sur le côté de la maison reste toujours fermée, mais cette nuit-là il y avait eu de grosses rafales et le vent avait – j’imagine – forcé la porte, qui s’était ouverte toute seule. Quand les chiens sont allés faire leur tour dans le jardin le matin, je n’ai rien remarqué de particulier, ils sont rentrés après un moment dans la maison comme d’habitude.
J’imagine qu’au moment du récit, ils m’ont entendu crier dans la rue et ont voulu venir voir ce que je faisais.

Au moment où je les ai vus eux d’un côté et la voiture de l’autre, j’ai choisi de ne pas utiliser la voix, mais d’exprimer d’une part une tension dans mon regard, leur indiquant qu’il y avait un danger, et de diriger d’autre part mon corps vers le côté de la route où ils éviteraient la voiture. Et j’ai surtout continué à respirer …
Tous 2 ont continué à avancer normalement et calmement vers moi, mais en se mettant sur le côté de la route. Arrivés auprès de moi, ils m’ont reniflé et léché les mains et on est rentrés à la maison, presque comme si rien ne s’était passé. La seule qui avait « stressé » dans l’histoire, c’était donc bien moi 

Je le répète, le risque zéro n’existe pas, et à partir du moment où nous respirons, qui que nous soyons, nous vivons dans le danger que cela s’arrête à tout moment, et les raisons peuvent être diverses.
Mais compte tenu de toutes les situations extérieures que nous ne pouvons pas contrôler et que nous pouvons rencontrer n’importe quand, j’estime que cela fait partie de mes responsabilités de permettre à mes chiens de développer au quotidien et de façon autonome et progressive tout leur potentiel d’intelligence propre à leur espèce.
En ne les surprotégeant pas, mais en les accompagnant dans les différentes expériences de la vie.
En leur permettant d’observer et d’évaluer, de réfléchir et de prendre des décisions, toujours en leur donnant des indices et suggestions si nécessaire.
Et en ayant comme intention de leur donner progressivement toujours plus d’autonomie pour réaliser ce pour quoi ils ont acquis suffisamment de maturité.

Publié dans Articles, Mon chien + moi = 1 | Tagué , | Laisser un commentaire

Mon chien part explorer et ça m’angoisse …


Lorsqu’on est en promenade et que le chien part explorer, sortant du champ visuel de son compagnon de vie, l’humain a tendance à s’agiter, à stresser, à angoisser. Il fait les 400 pas, téléphone à gauche à droite, perd le contrôle de ses émotions, … Et la société trouve cela normal car un chien est né pour obéir et rester près de son humain, pas vrai ?

Plutôt que de se plier sans réfléchir à ce que la société nous inculque et de nous laisser entraîner dans des tourbillons d‘émotions qui nous rendent encore plus égocentriques et limitent notre ouverture aux autres, il serait intéressant de marquer une pause et de se poser les bonnes questions. Par exemple se demander si au final il n’y a pas une analogie entre le fait que le chien prenne un moment pour soi et parte explorer en promenade (il est peut-être à quelques mètres et tout à fait serein), et le fait que nous sortions de la maison pour faire une activité, laissant notre chien seul et attendant de lui qu’il n’éprouve aucune agitation, anxiété, etc.
Le risque que court votre chien en promenade n’est pas plus grand que celui auquel vous vous exposez en sortant de chez vous et en prenant votre voiture 

Il est évident que la liberté fait partie d’un processus d’apprentissage et d’évolution continu au sein duquel l’humain doit trouver d’une part, un respect et une conscience suffisants pour offrir l’accompagnement adéquat au chien afin qu’il puisse progressivement gérer cette liberté de façon optimale et dans le respect des règles sociales ; d’autre part l’humain doit également trouver en lui la stabilité émotionnelle suffisante pour créer cet espace de confiance nécessaire à toute relation.

La liberté demande beaucoup de présence, de remises en question et de Responsabilité au sein de la relation. Mais chaque chien a le droit d’avoir à ses côtés un humain conscient.

Plutôt que de toujours choisir la facilité en devenant la proie de nos émotions et en y trouvant à chaque fois une justification qui enferme à chaque fois un peu plus le chien dans une prison dorée, prenons notre courage à 2 mains et accueillons nos peurs en cherchant un moyen de les transformer, en tenant compte du droit du chien de vivre pleinement sa vie sur cette terre au même titre que nous ou n’importe quelle autre espèce.

Bonne méditation en ce jour de Noël 

Publié dans Articles | Tagué , , | Laisser un commentaire