L’équilibre physique, mental et émotionnel

Tant chez le chien que chez l’homme, l’équilibre physique, mental et émotionnel n’est jamais statique, mais est toujours quelque chose de dynamique, qui doit être construit et ravivé de façon régulière et durable.

Si l’on pratique un sport, on a besoin de s’entraîner si l’on veut cultiver ces capacités.
Il en est de même pour le domaine mental et émotionnel.

Un exemple pour l’humain : si l’on souhaite accompagner au mieux notre chien dans la vie de tous les jours, il nous suffit d’entraîner au quotidien notre capacité d’observation et d’écoute, notre présence.
Tous les jours, en commençant par de courtes périodes, dont on va augmenter progressivement la durée afin de pouvoir rester concentré et calme pendant des espaces de temps de plus en plus longs, jusqu’à ce que notre – véritable – écoute et présence deviennent quelque chose de naturel.

Un exemple pour le chien : si l’on souhaite lui offrir plus d’autonomie, on va créer de façon consciente et présente (d’où l’importance de commencer par nous-mêmes  ) des situations réelles en fonction de ses capacités actuelles, où petit à petit, il va apprendre à observer et à faire des choix de manière posée et réfléchie, lui aussi pendant des espaces de temps de plus en plus vastes.

Les neurosciences démontrent aujourd’hui ce que nous savions depuis toujours : nous avons TOUS la capacité de nous transformer.
Tout le potentiel réside en nous, mais il reste masqué et camouflé si l’on ne fait rien pour le cultiver.

Qu’allez-vous entreprendre aujourd’hui pour créer davantage d’observation, d’écoute et de présence à l’égard de votre chien ?

Publicités
Publié dans Articles, Mon chien + moi = 1 | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Expériences affiliatives – Le groupe soutient Tao qui a peur des bruits

On est avec le groupe Néva (border collie – harnais bordeaux), Pearl (border collie harnais jaune – la plus costaude des 2) Joy (border collie harnais jaune – la plus fine des 2), Tao (berger australien) et Zenci (x berger australien).
Il y a d’importants travaux en cours à côté de l’endroit de promenade, ce qui cause à plusieurs reprises de nombreux bruits sourds, de bennes de camions et autres (on ne les entend pas très bien dans la vidéo), dont Tao a peur. Le groupe s’active alors pour le soutenir 

Cette séquence est tout simplement fabuleuse.
Alors que Zenci était en exploration avec Néva, elle voit que Tao est en difficulté, arrête son exploration et vient exprimer sa présence. Pearl complète l’action de Zenci en venant à proximité de Tao et en effectuant un marquage dans la flaque. A -1:08-, Zenci va appeler Néva pour les aider. Néva vient alors se joindre à eux, offrant également sa présence dans le groupe, et suivie de Joy qui fait pareil juste après – ce qui marque entre parenthèses l’intégration effective de Joy au sein du groupe, mais ce sera le sujet d’autres posts .

Remarquez comme tout le monde crée pour Tao un espace d’observation, de perception et de réflexion sans tenter de l’inciter ou de le stimuler à quoi que ce soit dans la vitesse. Au contraire, le groupe l’invite à une prise de conscience de ses émotions.
En effet, lorsque le chien est conscient de son état intérieur, il est pleinement présent avec ce qu’il vit et peut élaborer les informations de façon consciente et posée.
Au moment opportun, le groupe s’est remis en mouvement, et Tao a suivi naturellement, surmontant sa difficulté. Après cette dernière séquence de moins de 2 min., Tao était tout à fait à l’aise et se promenait à nouveau normalement, chose qui lui aurait pris un long laps de temps par le passé.

Il est, je crois, très intéressant de se poser des questions quant à l’approche générale humaine de se placer soi-même au centre des apprentissages en tentant d’inciter une modification du comportement du chien avec l’aide d’objets extérieurs (friandises, jouets, etc.).
L’utilisation d’objets extérieurs aux individus (donc : friandises, jouets, …) réduit fortement (voire même élimine) la vraie présence et la vraie expérience des émotions du moment.
Distraire le chien de son expérience avec l’aide d’un objet extérieur – car c’est de cela dont il s’agit – ne lui permet pas de vivre pleinement son expérience, et n’engendre donc chez lui aucun processus d’élaboration des informations et des émotions. Il peut donc – éventuellement – être conditionné extérieurement à émettre une réponse bien définie, mais il ne pourra jamais enclencher une observation du fonctionnement de son esprit.

Lorsqu’au contraire on crée un espace pour l’utilisation et l’expression des ressources intérieures (du chien en difficulté et des chiens et humains qui le soutiennent), comme c’est le cas ici, les réponses du chien en difficulté partiront d’une prise de conscience profonde et subjective des mécanismes et conditionnements de son esprit, et ensuite de sa capacité à modifier son état émotionnel.

Soulignons également le fait que les autres chiens ne surprotègent en aucune façon Tao, déviance que certains humains pourraient avoir tendance à exprimer et qui emprisonnerait le chien dans des prisons mentales supplémentaires.
En situation de difficulté, Tao est ici considéré par les autres membres du groupe (chiens et humains) comme un individu adulte, compétent et responsable, à qui l’on apporte notre – véritable – présence et soutien (tout comme nous, humains, le ferions naturellement avec n’importe quel individu adulte de notre espèce dans une situation de difficulté).

Je prépare un module/stage sur la peur, où j’aborderai en profondeur et en détails l’importance de la prise de conscience et de l’utilisation adéquate des ressources intérieures de chaque individu, afin d’éviter de tomber dans les pièges mentaux qui créent chez nous une dépendance à utiliser des ressources extérieures. Plus d’infos concernant ce module/stage bientôt 

Publié dans Articles, Mon chien + moi = 1 | Tagué , , | Laisser un commentaire

Les rencontres aléatoires

Dans les expériences affiliatives, je tente toujours de permettre aux chiens de vivre une grande variété d’expériences qui leur permettent de développer au fil du chemin des compétences diverses les rendant à terme capables de gérer au mieux les situations aléatoires de la vie quotidienne, conformément à leur nature et tempérament, tout en respectant les règles sociales, et accompagnés de leur humain responsable et conscient.

Pendant la rencontre entre Joy, Leo et Tao, nous avons eu l’occasion de mettre en pratique les choses construites au fil des rencontres : lien, concertation, observation des dynamiques, respect des rôles, confiance, maîtrise des mouvements, des positions, de la mâchoire, gestion de l’intensité des rencontres, etc.

A un moment donné, nous voyons arriver vers nous 2 chiens, mâles entiers, qui viennent au contact afin de mesurer et d’évaluer les ressources des individus composant notre groupe.
De par la grande cohésion au sein de notre groupe, tout s’est fait naturellement : Joy s’est mise en retrait, et Leo et Tao se sont alliés dans leur réponse aux chiens.
Ça a beaucoup tournicoté, grogné, dans le respect, comme une communication des plus normales entre mâles qui se rencontrent de façon aléatoire.
La discussion était sur le point de se terminer et chacun allait pouvoir reprendre son chemin chacun de son côté, quand les humains, entendant les grognements, se sont approchés.
L’un des 2 mâles a alors immédiatement augmenté son intensité, qui jusque là était tout à fait adéquate pour tout le monde, ce qui a poussé Leo et Tao a répondre forcément aussi avec une intensité plus importante.

Au final, même avec cette plus grande intensité, tout s’est super bien passé et les 4 chiens étaient tout à fait sereins à 2-3 mètres l’un de l’autre pendant les 30 sec. où nous avons échangé quelques mots avec les autres humains.

En réalité, ces 4 chiens n’avaient absolument aucun problème les uns avec les autres. Ils ont juste exprimé une magnifique communication ritualisée entre mâles lors de leur rencontre aléatoire.
Ces humains-là étaient tout à fait ouverts, et n’étaient juste pas conscients qu’une approche de leur part influençait l’intensité de la communication de leur chien.

Mais le sujet que je souhaite aborder ici, est que la plupart des humains interviennent de façon totalement inconsciente (par la voix, les mouvements, les trajectoires, mais aussi par la respiration, les émotions transmettant des odeurs perceptibles à la seconde par les chiens, etc.), créant ainsi eux-mêmes les débordements dans les rencontres.
Heureusement, dans ce cas-ci, nous avions Leo et Tao, 2 chiens qui par leurs compétences acquises, leur équilibre émotionnel et la qualité de leur énergie vitale, sont absolument capables de gérer les changements d’intensité chez les autres chiens, et Joy qui respecte leurs rôles et les laisse gérer la situation.

Ceci rappelle à quel point il est important que le chien puisse exprimer qui il est en tant que chien et en tant qu’individu, et qu’il ait l’occasion de vivre des situations diversifiées (tant faciles que difficiles) au sein de groupes stables. Ces expériences représentent une pratique continue dans la réalisation de soi, et dans l’utilisation adéquate des propres ressources.
Cela permet d’une part de créer une sécurité pour soi et pour le groupe, mais aussi pour les autres que l’on rencontre (après il reste le travail des humains  ).
En effet, un chien qui a appris à exprimer qui il est tout en maîtrisant ses mouvements, ses trajectoires, mais aussi l’utilisation de sa mâchoire, peut apporter calme ou apaisement, mais aussi menace ritualisée si nécessaire. Sans blesser qui que ce soit.
Peu importe la façon dont nous, humains, le ressentons et le jugeons à cause de nos peurs, préjugés, filtres, expériences, et que sais-je, le chien est un chien et fera tout ce qui est en ses moyens pour l’exprimer.

La voie du milieu est toujours de laisser chacun exprimer sa vraie nature. Seulement en faisant cela, on peut éviter l’apparition de ce que l’on qualifie de problèmes de comportement, ou à l’opposé, de chiens résignés …

Publié dans Articles, Mon chien + moi = 1 | Tagué , | Laisser un commentaire

Mon chien saute sur moi, mord sa laisse, …

Je ne crois plus à la banalisation de « décharger » ou « d’évacuer » quelque chose par des comportements comme se mettre à courir, sauter, mordre sa laisse, etc.
En plus de l’évacuation d’une émotion, les comportements comprennent toujours un message plus important, différent en fonction du contexte, mais important. Le chien nous dit quelque chose, et en tant que personne vivant au quotidien avec notre chien, nous ne pouvons certes pas tout comprendre, mais nous pouvons (devons) nous efforcer d’essayer de comprendre son langage, d’être à l’écoute de ce qu’il exprime et qui vit en lui.

En promenade hier avec Tao, nous avons rencontré, encore à une distance de +/- 30 m, un autre chien qui se promenait en liberté avec sa compagne de vie humaine. Tao (encore en liberté lui aussi) s’est arrêté et l’a observé, détendu et alternant nez par terre et regards. L’autre chien était encore calme lui aussi.
Quand l’humaine a continué à avancer vers nous au même rythme que celui auquel elle marchait avant de nous voir, son chien s’est mis à sauter sur elle. Elle a commencé à s’énerver sur son chien, mais continuait toujours à avancer vers nous, en ligne droite et d’un pas décidé. A ce moment, Tao est revenu tout près de moi et je lui ai demandé s’il souhaitait être remis en laisse.
Voyant que je remettais Tao en laisse, la dame a également rattaché son chien, tout en continuant à avancer vers nous ! Le chien s’est alors mis à mordre sa laisse.
Tao m’a emmenée, quant à lui, dans le champ pour prendre une grande courbe afin de ne pas rencontrer le chien de façon directe.

Au moment où on s’est croisés, avec une certaine distance donc, la dame m’a demandé si j’avais rattaché mon chien parce qu’il était méchant 🤣 (je ne savais pas si rire ou pleurer face à cette question), ajoutant encore que son chien « ne faisait rien ».

La seule réponse qui est venue en moi était que justement si, son chien avait tout fait …

Publié dans Articles, Mon chien + moi = 1 | Tagué | 2 commentaires

L’énergie, une force essentielle

L’énergie est un élément essentiel dans la vie d’un chien. Le fait de pouvoir l’utiliser adéquatement et aux moments opportuns aussi 

En présence d’un danger potentiel, le fait d’exhiber cette énergie, accompagnée d’un festival de complicité et de puissance, peut se révéler être une stratégie communicative extrêmement efficace (« réfléchis à 2 fois avant de t’approcher, car observe comme on est unis et forts »).
Cela peut donc être une stratégie d’anticipation et de dissuasion très utile afin d’éviter un potentiel conflit.

Intéressant donc de nous poser les bonnes questions lorsque nous souhaitons apprendre mécaniquement des exercices d’autocontrôle à notre chien, car notre œil humain ne pourra jamais atteindre le niveau d’expertise que l’organe voméronasal du chien est capable de rencontrer.

Faites donc confiance à votre chien, et créez chaque jour de façon consciente des situations où il est en mesure de faire des expériences évolutives en fonction de son niveau de compétences actuel.

Publié dans Articles, Mon chien + moi = 1 | Tagué , , | Laisser un commentaire

Concertation entre Leo et Tao pour aider Joy à acquérir plus d’assurance

Avant le début de la vidéo, Tao avait choisi de prendre un bâton et il était en train de le mastiquer. Il faut savoir que le fait de mâcher un objet au sein d’un groupe a une grande valeur communicative car la salive contient de nombreuses informations.

Eldrid et Joy avaient été chacune à leur tour montrer leurs compétences sociales auprès de Tao afin de lui demander l’accès au bâton. Tout ceci s’est passé avant le début de la vidéo.

Au début de la vidéo, Tao (berger australien) indique à Eldrid (berger suisse) qu’il ne souhaite pas lui laisser le bâton, et d’un regard il indique à Joy (border collie) que c’est pour elle.
Lorsque Joy tente une approche, Eldrid vient la bloquer. Quand celle-ci s’éloigne, Tao l’accompagne, laissant le champ libre à Joy pour accéder au bâton.
Mais c’est Leo (berger suisse, harnais jaune) qui en profite pour rejoindre le bâton. Il regarde Tao interrogatif. Ce dernier s’avance vers lui pour lui communiquer qu’il ne souhaite pas qu’il touche le bâton. Il refait un petit pas vers Leo pour lui demander ensuite de se déplacer. Le mouvement lui indique de se déplacer, mais pas trop. C’est à ce moment précis que Tao détecte une ouverture à une collaboration intéressante avec Leo. En effet, aider Joy à acquérir plus d’assurance vis-à-vis d’Eldrid et de manière générale, représente un élément important de la vie de groupe.
Les mouvements subtils de Tao révèlent l’importance de sa demande de collaboration. Tao sait qu’il sera plus facile d’aider Joy s’ils sont 2 à intervenir dans l’interaction entre Joy et Eldrid. Et d’un point de vue relationnel global, cette tâche importante constitue un nouvel élément de concertation dans la relation entre Tao et Leo, ce qui est important pour les 2 dans les rencontres futures. Leo accepte donc cette invitation.

A ce moment, Eldrid décide de venir rechercher elle aussi une collaboration avec Leo en vue d’arriver à la possession du bâton.
Mais du point de vue relationnel général et sur le long terme, la concertation avec Tao est plus importante pour Leo, et la création de situations qui favorisent l’approfondissement des compétences est l’une des principales motivations de Leo. Si l’on observe leurs regards échangés à ce moment-là, on constate que Leo et Tao démarrent leur action de concertation.
Lorsqu’Eldrid retourne au bâton, Leo l’en éloigne.
Joy retente une approche, mais Eldrid la bloque immédiatement par sa trajectoire. Lorsqu’Eldrid reprend le bâton, Leo l’en éloigne une nouvelle fois et va marquer plus loin. Quand Eldrid revient à la charge auprès de Leo, ce dernier lui recommunique qu’il n’a pas l’intention de collaborer avec elle dans ce contexte-ci.
Tao vient aider Leo et confirmer sa communication en venant bloquer Eldrid.

Publié dans Articles | Tagué , , | Laisser un commentaire

Grandir ensemble tout au long de la vie commune

Mes chiens bénéficient d’un maximum de liberté durant nos promenades et expériences quotidiennes car ils ont construit au fil de notre évolution et de nos expériences communes des compétences qui leur permettent de gérer de nombreuses responsabilités en autonomie.

Mais parfois, je leur propose une promenade et des expériences en laisse, car vivant dans la société actuelle, il y a inévitablement des moments et des endroits où la liberté des chiens, même responsables, n’est pas encore acceptée. Et je ne souhaite pas mettre mes chiens dans des situations d’inconfort qu’ils n’auraient pas les compétences pour gérer. Je souhaite donc que le peu de promenades en laisse qu’ils font leur soient agréables et source d’évolution. 


Nous créons donc de temps à autre des expériences en laisse, durant lesquelles on alterne les moments où je les suis (je vous recommande vivement de suivre vos chiens en laisse dans les sous-bois, c’est une expérience intense qui a tout le mérite d’être vécue  ) et les moments où l’on se promène lentement sur les sentiers, dans les rues, etc.
Au fil de ces promenades, nous entrons toujours dans l’espace de concertation et de confiance, comme c’est le cas lorsque nous devons par exemple franchir des parties boueuses et glissantes et l’équilibre de mon corps est entièrement entre leurs pattes 
En milieu urbain, c’est plutôt à moi de faire attention à respecter leur rythme, les distances et les moments de pause qu’ils me proposent, les rencontres qu’ils souhaitent faire ou non …

Vivre pleinement la relation avec notre chien ne se limite pas à faire et à répéter mécaniquement les choses que l’on sait déjà faire. C’est vivre des expériences ensemble, de façon progressive et en respectant les capacités de chacun, mais en créant toujours de nouvelles opportunités d’écoute et de concertation.

Publié dans Articles, Mon chien + moi = 1 | Tagué , , , | Laisser un commentaire